Echec VS Tentative

Echec VS Tentative

En lisant un article récent concernant les innovations managériales dans le monde (courrier cadre, « Télétravail et Droit à l’erreur » auteur Fabien Soyez),  je prends connaissance d’une pratique originale.  A Mexico, la start-up Marcap Company Builder, spécialisée dans le développement de logiciels et le e-commerce, l’a mise en place. 

 La mission prioritaire de leurs managers : VALORISER L’ECHEC ! 

Extrait {Les salariés, …, sont encouragés à prendre des risques et à se tromper. « Les managers interviennent peu pendant une période d’échecs. Cela crée chez les employés un sentiment de confiance et de responsabilisation. Ils leur expliquent juste que plus ils essaient, plus ils ont de chance de réussir »… Marcap va jusqu’à « célébrer » l’erreur pendant un événement durant lequel « les revers les plus importants du mois » sont mis en avant. Un moyen de dédramatiser l’échec, et d’encourager le salarié à persévérer.} 

Là vous souriez.  Et vous visualisez peut-être votre boss en train de vous féliciter de vous « être planté-e ». Et pourtant, si c’était cela la clé ?

Dans cette entreprise, depuis que cette méthode a été mise en place, « la motivation, la performance et la créativité des employés n’ont fait qu’augmenter ».

Est-ce transposable en France à votre avis ? Nous commençons plutôt dans l’hexagone à parler du « droit à l’erreur » avec cette connotation négative d’une chose que l’on tolère alors qu’elle est néfaste.

Valoriser l’échec, c’est inciter les tentatives ! les essais ! l’innovation !

Cela permet de broyer les peurs… peurs d’échouer, de ne pas y arriver. Mais enfin, c’est bien normal de ne pas y arriver du 1°, du 10° et peut-être même du 100° coup. Et l’intégrer dans le processus managérial a le mérite de mettre le projecteur sur l’essentiel « qu’est-ce que j’ai appris lors de cette tentative ? ». Encourager les collaborateurs à sortir de leur zone de confort pour se montrer force de proposition. 

A méditer…